Voitures de rallye Groupe B

Le Groupe B a vu le jour en 1982 pour les voitures de grand tourisme modifiées et qui devaient être produites à 200 exemplaires (20 pour une évolution) et ce afin de remplacer les groupes 4 et 5. Nombre de constructeurs durant 4 ans ont produit des autos pour ce groupe que l’on retrouvait en rallye (championnat du monde et championnats continentaux ou nationaux) et en circuit. Les constructeurs qui ont le plus marqué de leur empreinte ce groupe sont, Lancia, Audi, Peugeot, Renault, Opel et Ford avec respectivement la 037 et la Delta S4, la Quattro S1, la 205 T16, la R5 Turbo, la Manta 400 et la RS 200.


Le groupe B vît une ascension fulgurante de la puissance des autos et des technologies, comme les 4 roues motrices, dont beaucoup pensaient que c’était une utopie de croire que des autos pouvaient être compétitives avec 4RM, au point d’en arriver à quelque chose de déraisonnable comme la dernière évolution qu’avait préparé Audi pour ses Quattro. Une évolution qui offrait au moteur plus de 800ch et dont même Walter Rhörl ne voulait pas, prétextant que cette évolution rendait l’auto incontrôlable avec une grosse tendance à aller tout droit… Tout était fait pour que les autos soient toujours plus puissantes, toujours plus légères, toujours plus rapides, même si la FIA l’avait bien remarquée, les limites avaient été franchies et le groupe S allait faire son apparition dès le début de la saison 1987.

Malheureusement, ce qui devait arriver arriva et ce avant la fin de la saison 86, de terribles drames endeuillèrent le championnat du monde des rallyes après 4 années de groupe B. La fin du groupe B ou plutôt des grosses autos, les petites Groupe B continuèrent, est intervenue suite au Décès d’Henri Toivonen alors au volant de la Lancia Delta S4 lors du Tour de Corse 1986 et fût effectif à la fin de la saison comme prévu. On notera toutefois qu’Audi se retira dès l’accident mortel survenu au Portugal quand une Ford RS 200 percuta des spectateurs faisant 3 morts et de nombreux blessés. Ford, eux, se retirèrent après l’accident mortel d’Henry Toivonen. Cet évènement précipita les choses et la FIA prit la décision d’interdire toutes les voitures du groupe B en championnat du monde et les voitures de la classe B14 (Turbo + 4 roues motrices) dans tous les rallyes du monde. Elle continuèrent cependant en course de côte et en rallycross ou encore dans les championnats asiatiques. Le groupe S digne successeur du groupe B suivra le même sort en cette fin de saison 86, avant même de voir le jour… On peut toutefois encore admirer les voitures de la classe B14 dans d’autres compétitions telles que le rallye-cross, la course de côte etc. et ce, encore de nos jours !

A noter : Certaines autos ont aussi couru dans le groupe B sur certains rallyes mais ne sont pas répertoriées ici et leur homologation dans le groupe B est anecdotique. Voici ces autos : Skoda VTFS, Talbot Sunbeam, Lada VAZ 2105, Ford Escort RS 1800, Fiat X 1/9, Daihatsu Charade, Mitsubishi Lancer, Vauxhall Chevette 2300 HR, Porsche 924 GTS & 928S.

Découvrez le plus beau document vidéo de cette mythique époque : 1h20 d’images exceptionnelles sur le groupe B !

Pour les spectateurs aussi cette période du rallye fût particulière. Quelle personne ayant été passionnée pendant ses années là ne se souvient pas de la proximité des pilotes d’usine et du public, des petits tours dans telle ou telle auto pendant des essais ou reconnaissances, des rangées de spectateurs sur le bord des routes en pleine spéciale voir même sur la route comme on pouvait le voir au Portugal, au Sanremo ou bien au Monte-Carlo ? Une véritable communion se faisait entre spectateurs, pilotes et machines, pour une osmose hors du commun qui a fait de cette époque la plus regrettée de l’histoire du rallye automobile.

Toutes les voitures du Groupe B en détail

Audi Quattro A2 et S1

  • Premier rallye : Monte-Carlo 1983 pour l’A2 et Tour de Corse 1984 pour la S1
  • Poids : 1050kg pour l’A2 & 960 à 1100kg pour la S1
  • Puissance : 360ch pour l’A2 & 380 à 450ch pour la S1

L’Audi Quattro a été la première voiture de rallye à avoir eu 4 roues motrices et fût l’une des autos les plus populaires du groupe B. L’audi Quattro connut des débuts très difficiles avec l’audi A2, la berline allemande n’étant vraiment pas conçue à l’origine pour arpenter de telles routes. Cependant, après beaucoup de travail les ingénieurs d’Audi finirent par donner naissance à une véritable voiture de rallye, la Quattro Sport S1. Cette voiture domina les rallyes du championnat du monde en 1983 et 1984, empochant le titre de championne du monde des rallyes en 1983 avec Hannu Mikkola et en 1984 avec Stig Blomqvist avant d’être surpassée par la Peugeot 205 T16. On a vu aux mains de cette auto des pilotes tels que Walter Röhrl, Stig Blomqvist, Michèle Mouton et Hannu Mikkola.

Peugeot 205 Turbo 16 evo 1 & 2

  • Premier rallye : Tour de Corse 1984 pour l’evo 1 & Tour de Corse 1985 pour l’evo 2
  • Poids :960kg pour l’evo 1 & 910kg pour l’evo 2
  • Puissance : 350ch pour l’evo 1 & 430 à 450ch pour l’evo 2

La Peugeot 205 T16 est arrivée en championnat du monde des rallyes au cours de l’année 1984 lors du Tour de Corse et fût dès sa première apparition une auto très compétitive et bien née. Championne du monde en 1985 aux mains de Timo Salonen pour la première évolution et en 1986 aux mains de Juha Kankkunen pour la seconde évolution. L’auto a connu deux évolutions dans sa carrière et fût l’une des références du groupe B au même titre que l’Audi Quattro ou la Lancia Delta S4. L’évolution 2 est apparue un an après la première apparition de l’évolution 1 soit au tour de Corse 85. On a vu cette auto en championnat du monde aux mains de pilotes comme Ari Vatanen, Bruno Saby, Timo Salonen et Juha Kankkunen.

Lancia Delta S4

  • Premier rallye : Costa-Smeralda 1984
  • Poids : 890kg
  • Puissance : 450ch

La lancia Delta S4, remplaçante de la Lancia 037 qui peinait avec ses 2 roues motrices, fût sans aucun doute la plus grosse groupe B, une auto démentielle qui conduira à la fin du groupe B aux mains du regretté Henri Toivonen. Elle fît son apparition en rallye aux mains de Markku Alen en 1984 mais n’était que peu fiable, la mécanique eût raison du pilote lors des trois premiers rallyes mais Lancia réussit à mettre le doigt sur le problème et le dernier rallye de la saison 1985, le rallye de l’Algarve, fût le bon. La Lancia Delta S4 était prête à se battre en 1986 avec les autres cadors du groupe B mais le destin en décida tout autrement…

Opel Manta 400

  • Premier rallye : Acropole 1983
  • Poids : 980kg
  • Puissance : 275ch

L’Opel Manta 400 fût lancée en 1983 dans le groupe B pour lutter avec les Audi et Lancia, malheureusement cette auto ne fût pas à la hauteur du turbo de la Quattro et du moteur centrale de la 037. La propulsion de la Manta ne suffisait pas pour se battre dans le peloton de tête du groupe B, cependant elle permît à des pilotes comme Henri Toivonen ou Jimmy McRae de signer de belles performances en championnat du monde.

Ford RS200

  • Premier rallye : Lindisfarne rally 1986
  • Poids : 1180kg
  • Puissance : 450ch

Après l’adaptation en 1983 d’une Ford Escort MkIII pour rouler en groupe B qui se solda par un échec suite à une série de soucis de développement, l’équipe Ford décida de mettre au point une toute nouvelle auto à partir d’une feuille blanche afin de pouvoir se battre dans le Groupe B. C’est ainsi que la Ford RS200 vît le jour en 1985 sans être réellement au niveau des concurrents, son moteur étant faible à bas régime. Cette auto fera tout de même un podium en Suède 86 avant de connaitre deux drames causant la mort de plusieurs personnes qui conduisirent le groupe B à sa fin… Nul ne sait ce que cette auto aurait pu donner avec un peu plus d’affinage et de développement, mais on peut imaginer qu’elle aurait été dans les premiers rôles si le groupe S n’avait pas disparu.

MG Métro 6R4

  • Premier rallye : Argyll rally 1985
  • Poids : 980 à 1040kg
  • Puissance : 410ch

La Métro 6R4 est la descendante de la Triumph TR7 V8 et a été créée par la British Leyland en s’inspirant de la puissance de l’Audi Quattro S1 et du design de la R5 turbo. Cependant, la Métro 6R4 ne possédait pas de turbo mais disposait d’un moteur V6 de 3.5l, ce qui en faisait la plus puissante groupe B à moteur atmosphérique ! Malheureusement, elle n’aura pas le temps de s’imposer ou de briller en championnat du monde. Arrivé sur le tard de la saison 1985 et ayant entamé la saison 86, elle ne termina qu’un seul rallye avec le RAC 1985 avant que la série des 200 productions soit revendue jusqu’au tiers de son prix initial à des écuries privées pour le rallycross par exemple… Tous les passionnés se souviendront longtemps de son bruit si particulier !

Nissan 240 RS

  • Premier rallye : NC
  • Poids : NC
  • Puissance : 275ch

La Nissan 240 RS a fait son apparition en championnat du monde aux mains de Timo Salonen et Terry Kaby lors du rallye Monte-Carlo 1984 avec Nissan Europe. Cette auto n’a jamais connu de véritable programme en championnat du monde et n’a obtenu, aux mains de pilotes privés, que peu de bons résultats. Deux troisièmes places au Safari 85 avec Mike Kirkland et en côte d’Ivoire, toujours en 85, avec Alain Ambrosino.

Mazda RX7

  • Premier rallye : Acropole 1984
  • Poids : 980kg
  • Puissance : 300ch

La Mazda RX7 a fait des apparitions en championnat du monde dans les années 84 et 85 avant de poursuivre en 1986 et les années suivantes en championnat d’Europe et championnats nationaux. Effectivement, cette auto ne fait pas partie de la classe B14 et a pu continuer à rouler après l’arrêt des grosses groupe B. Parmi ses quelques apparitions en championnat du monde, on note un podium au rallye d’Acropole 85 avec au volant Ingvar Carlsson.

Porsche 911 SC RS

  • Premier rallye : Rallye 1000 pistes 1984
  • Poids : 975 à 1015kg
  • Puissance : 305ch

La Porsche 911 SC RS a fait son apparition en 1984 pour repositionner la marque Porsche parmi les voitures du peloton de tête en Groupe B. Cette version de la 911 descend directement de la 911 SC et a été construite uniquement pour le Groupe B. On a retrouvé a son volant en championnat du monde des pilotes comme Henri Toivonen, Bernard Béguin ou encore Billy Coleman. Bernard Béguin a d’ailleurs terminé sur la troisième marche du podium lors du tour de Corse 1985.

Lancia 037

  • Premier rallye : Costa-Smeralda 1982
  • Poids : 960kg
  • Puissance : 325ch

La Lancia 037, construite pour être une véritable voiture de rallye, est le fruit d’une collaboration entre Lancia, Abarth et Pininfarina. Lancée en 1982, cette voiture avait pour but de remplacer la Fiat 131 Abarth en championnat du monde et positionner Lancia confortablement dans le Groupe B, ce qui fût le cas. La 037 obtiendra d’ailleurs dès le premier rallye de la saison 1983 un doublé au rallye Monte-Carlo avec Walter Röhrl et Markku Alen !

Renault 5 Turbo 2 & Maxi

  • Premier rallye : Monte-Carlo 1983 pour la T2 & Critérium de Tourraine 1985 pour la Maxi
  • Poids : NC pour la Turbo 2 & 900kg pour la Maxi
  • Puissance : 240 à 300ch pour la T2 & 350ch pour la Maxi

La R5 turbo a eu deux évolutions dans le groupe B, la R5 Turbo 2 et la R5 Maxi Turbo. Cette voiture, que l’on retrouvait à l’origine dans le groupe 4 a pu bénéficier dans les premiers temps d’une extension d’homologation en groupe B. Peu de modifications furent d’ailleurs leur apparition sur la R5 Turbo groupe B, principalement l’élargissement de ailes. Une voiture qui a fait rêver bon nombre de spectateurs et avec de belles victoires comme celle de Jean Ragnotti au Tour de Corse et au rallye Monte-Carlo !

Citroën BX 4TC

  • Premier rallye : Monte-Carlo 1986
  • Poids : 980 à 1150kg
  • Puissance : 380ch

La Citröen BX 4 TC est la dernière voiture du groupe B à avoir vu le jour et n’a participé qu’à 3 rallyes au cours de sa carrière. Dès son apparition au monte-carlo 1986, cette voiture, aux mains de Jean-Claude Andruet et philippe Wambergue, ne se montra pas des plus fiables et les deux exemplaires durent abandonner rapidement, sortie de route pour l’un, mécanique pour l’autre. Le lancement de cette auto était à la base prévu pour la saison 85, mais les essais allant de mal en pis, le retard s’accumulait. La faute à la direction Citroën voulant développer une groupe B en utilisant un maximum de pièces de la gamme PSA en utilisant la base de la BX sans modifications possibles. Une totale hérésie qui en fît une voiture peu fiable, peu puissante, sous-vireuse et la plus longue de toutes les groupe B. Le meilleur résultat de la BX 4TC est une 6ème place de Jean-Claude Andruet en Suède. A noter tout de même que la BX 4 TC a fait de belles performances lors du championnat de France des rallyes terre en 1986, se battant en tête des rallyes avec la 205 T16 semi-officielle de Jean-Pierre Ballet.

Talbot Samba

  • Premier rallye : NC
  • Poids : 675kg
  • Puissance : 130ch

La Talbot Samba était l’une des petites autos du groupe B, dans la classe B9 (Moins de 1300cm3), comme la Skoda 130 LR ou la Visa Trophée. Cette voiture était l’une des plus puissantes et compétitives de sa catégorie et fît son apparition en championnat du monde au Monte-Carlo lors de la saison 84 aux mains des privés Jean-Pierre Rouget et Philippe Kruger qui terminèrent 15 et 16ème.

Citroën Visa Trophée et 1000 pistes

  • Premier rallye : NC
  • Poids : 695kg pour la Trophée & 820kg pour la 1000 pistes
  • Puissance :100ch pour la Trophée & 145ch pour la 1000 pistes

Et oui, la Citroën Visa était aussi une voiture du Groupe B. D’ailleurs ce n’était pas une mais deux Visa qui était dans ce groupe et plus particulièrement dans les classes B9 et B10, la Visa trophée et la 1000 pistes. On vît cette auto aux mains de différents pilotes en championnat du monde comme Jean-Claude Andruet, Christian Dorche, Maurice Chomat… Mais cette auto a surtout permis à de nombreux pilotes de se faire la main dans des trophées fortement dotés dans les différents championnats nationaux. La Visa 1000 pistes fût d’ailleurs développée surtout dans l’idée de créer un trophée féminin et de pousser la gente féminine au sport automobile.

BMW M1

  • Premier rallye : Lyon-Charbonnières 1983
  • Poids : 1180kg
  • Puissance : 430ch

La BMW M1 n’est pas à proprement parler une véritable auto du groupe B. En effet, cette voiture a bénéficié d’une extension d’homologation du groupe 4 au groupe B. Cette auto, que l’on a surtout vu sur circuit, a aussi participé au championnat de France des rallyes aux mains de Bernard Béguin, totalisant 15 rallyes entre 1983 et 1984. Elle ne remporta, au total de sa carrière, que trois rallyes de seconde division à cause de son poids excessif et de sa puissance qui en faisait une voiture inconduisible… Elle n’était véritablement pas faite pour le rallye mais avait le don de passionner le public de par sa rareté et son doux miaulement qui s’échappait du moteur 6 cylindres 24 soupapes !

Ferrari 308 GTB

  • Premier rallye : Sanremo 1983
  • Poids : 1000kg
  • Puissance : 305ch

La Ferrari 308 GTB en groupe B n’aura jamais été ce qu’était sa soeur en groupe 4 aux mains de Jean-Claude Andruet par exemple. La mise au point de cette voiture pour le groupe B fût laborieuse avec un excédent de poids et une puissance en baisse… Cette auto n’aura pas eu une grande carrière même si on a pu la voir sur le championnat du monde en 1983 notamment au Sanremo ou Bjorn Waldegaard dût abandonner sur problèmes moteurs.

Toyota Celica Twin cam turbo

  • Premier rallye : 1000 pistes 1983
  • Poids : 1020kg
  • Puissance : 385ch

La Toyota Celica Twimcam turbo est une auto qui a été créée afin de se battre sur les rallyes très cassants d’Afrique. Il fallait alors à ce moment là une voiture robuste et véloce pour s’imposer sur les pistes africaines. L’occasion était toute trouvée pour Toyota avec la Celica tout juste restylée. De nombreuses astuces à la limite de la légalité permirent à Toyota de faire homologuer la Celica en Groupe B et la faire évoluer de 320 à 385 chevaux afin d’en faire une des voitures la plus rapide du groupe B ! Cette voiture s’est imposée plusieurs fois en Afrique au Safari rallye et au rallye de Côte d’Ivoire et a participé à quelques autres manches qui lui étaient favorables comme les 1000 lacs, le RAC, la Nouvelle-Zélande ou encore le Sanremo.

Mitsubishi Starion 4WD

  • Premier rallye : 1000 pistes 1985
  • Poids : 1050kg
  • Puissance : 350ch

La Mitsubishi Starion 4WD était une voiture construite pour la gagne du groupe B par le constructeur japonais avec un moteur de 2L turbo-compressé. Ses débuts se seraient effectués lors du rallye des 1000 pistes 1985 et cette voiture n’aurait jamais eu d’homologuation en groupe B. Très peu d’informations sont trouvables. Nous y reviendrons ultérieurement après des recherches.

Skoda 130LR

  • Premier rallye : RAC 1984
  • Poids : NC
  • Puissance : 135ch

La Skoda 130LR était une des petites groupe B que l’on retrouvait dans la classe des moins de 1300cm3. Elle fût la seule voiture à participer au championnat du monde des rallyes dans sa totalité et régnant ainsi sur sa classe. Seule la petite Talbot Samba pu la battre à quelques reprises. Elle développait 135 chevaux et était très proche en conception de la R8 gordini construite 20 ans plus tôt. Le français Pierre Lartigues était le pilote principal de l’équipe tchèque.

Prototypes et autos mortes-nées

Nombre d’autos devaient arriver en 1986 dans le groupe B, malheureusement, l’arrêt prématuré et spontané du groupe S entraina la disparition de nombreux programmes chez de nombreux constructeurs : Opel, Toyota, Porsche, Ferrari, Alfa Roméo, Jaguar et Mazda…

Toyota MR2

Toyota s’étant rendu compte que leur Celica Twim Cam ne pourrait jamais rivaliser avec les autres autos du groupe B, en dehors des rallyes cassants, était en marche vers une nouvelle voiture capable de se battre avec les meilleures du groupe b sur tous les terrains. Le modèle choisit fût la Toyota MR2 qui après les préparation n’avait plus d’une MR2 que le look.

Toyota MR2 groupe B et S

Porsche 959

La Porsche 959 devait succéder à la Porsche 951 SC RS en groupe B avant la fin de celui-ci mais se dirigea finalement vers le Dakar et le Circuit avec, par exemple, une participation au Paris-Dakar 1986 sous les couleurs Rothmans. D’ailleurs cette auto a aussi participé au 24h du Mans sous le nom de Porsche 961.

Ferrari 288 GTO Evoluzione

Après avoir fait rouler les Ferrari 308 GTB et 288 GTO, Ferrari souhaitait poursuivre en championnat du monde avec le groupe B et le groupe S. Pour cela, la 288 GTO avait été pensée avec plus de 500ch. Malheureusement, la fin du groupe B puis du groupe S fît disparaitre cette voiture qui aurait bien pu être une référence de la discipline et qui servit finalement de base à la future F40 !

Jaguar XJ-220

Avant la fin annoncée du groupe B, Jaguar comptait bien s’attaquer à la discipline reine du rallye en engageant leurs autos sur les routes du mondial avec la Jaguar XJ-220. Même si celle-ci ne vît pas le jour en rallye, elle remporta tout de même les 24h du Mans et était à l’époque la voiture la plus rapide du monde. L’auto faisait plus de 500 ch et était équipée pour la version rallye d’un V6 bi-turbo.

Alfasud Sprint 6C

Cela faisait depuis 1982 qu’Alfa Romeo travaillait sur une voiture capable de venir se battre dans le groupe B, mais l’auto ne fût jamais prête à temps et n’a d’ailleurs jamais pu rouler une seul fois. Il s’agissait en fait d’une base d’Alfetta avec moteur central arrière. Aucune ressource ne montre l’auto en configuration de course, uniquement quelques documents sur l’auto de série…
Alfa Romeo Alfasud Sprint 6C

Le groupe S

Le groupe S est le groupe qu’avait imaginé la FISA afin de restreindre les constructeurs par rapport à la folie qu’était le groupe B et devait prendre place lors du début de saison 1987. Ce fameux groupe S avait pour but d’encourager les designs innovants et futuristes et devait permettre aux constructeurs d’homologuer une auto à partir de seulement 10 exemplaires produits. Les moteurs quant à eux, devaient être limité à 300ch, à peu de chose près ce que l’on trouve aujourd’hui avec les voitures du WRC.

Opel Kadett 4RM

Opel avait décidé de passer la main avec la Manta 400 et de créer enfin une 4 roues motrices pour se battre avec les grosses autos du groupe B. Pour cela avait été imaginé une Kadett 4RM qui devait entrer en championnat du monde en 1986 ou 1987. Cette auto fût construite et même essayée dans des essais grandeur nature pour vérifier la fiabilité de l’auto lors du Paris-Dakar 1986.

Kadett 4RM groupe B

Audi RS002

Audi aussi était prêt à passer en groupe S et pour cela devait faire succéder à la Quattro S1, la RS002 qui arborait un look futuriste mais qui semble de nos jours convenir plus au circuit qu’aux routes étroites et sinueuses des rallyes. Cependant on y a bien vu une BMW M1 et on aurait pu y voir la Ferrari 288 GTO evoluzione et la Jaguar XJ220, alors pourquoi pas !

Audi rs002 Groupe B

Renault 5 Maxi Turbo 4X4

Renault avait prévu pour le groupe S de modifier sa Renault 5 Maxi Turbo en la faisant passer d’une propulsion à une transmission intégrale. Un seul exemplaire de cette auto vît le jour et fût donc destiné après la disparition du groupe S au rallycross avec Gérard Roussel au volant. On a aussi pu voir cette auto lors des 24h sur glace de Chamonix ax mains de Jean Ragnotti.

Lancia Delta ECV 1 & 2

Lancia était vraiment la marque qui avait le mieux préparé l’avenir du groupe B, le groupe S. Effectivement chez Lancia l’ECV1 était prête et l’ECV 2 était dans les cartons. L’ECV1 était en fait une évolution de la Delta S4 alors que sa grand soeur l’ECV2 était elle une voiture au look totalement innovant et futuriste à l’image de ce que devait être le groupe S et de ce qu’était l’Audi RS002.

Be Sociable, Share!